Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Notre Camarade Camille Boutin nous a quittés ce mois de janvier 2018

Quelques mots prononcés par Christian ZIELINSKI lors des obsèques de Camille Boutin, membre du PCF à Availles Limouzine.

 

Ils sont des femmes , des hommes, dont on parle si peu

Qu'on en ignorerait même jusqu'à l'existence

Qui ne feront jamais la une des journaux et qui n'ont pas leur place dans ce tourbillon infernal d'une communication débordante, débridée, déshumanisée..

Ce qui nous envahit et nous éblouit nous rend souvent aveugles.

On sait apprendre à l'instant même ce qui se passe à l'autre bout du monde en ignorant pendant des jours, voire des semaines ce qui se passe dans son propre voisinage.

L'isolement est devenu le problème majeur dans nos campagnes et l'implantation de machines même les plus sophistiquées ne remplaceront jamais le lien humain.

Tu t'es engagé en particulier avec Raymond Brunet et les camarades du PCF et FDG d'Availles Limouzine pour maintenir et développer les services publics de proximité garant de la cohésion et de l'égalité sociales.

Tu avais participé activement au financement du foyer logement d'Availles Limouzine.

 

Je t'ai trop peu connu mon cher Camille car tu ne sortais plus beaucoup. mais les quelques instants que nous avons partagés avec ton camarade et ami Jean Pierre Malherro m'ont fait découvrir l'homme que tu étais. Je veux aussi remercier Clément Jammet pour avoir mis en lumière quelques aspects de ta vie que j'ignorais.

 

Tu avais compris très tôt, cher Camille que l'histoire de toute société jusqu'à nos jours était l'histoire de la lutte des classes.Que la bourgeoisie moderne, tout en se transformant dans sa forme et non dans sa nature cherchait en permanence à renforcer sa domination à tous les échelons de la société.

.

C'est à ma connaissance très tôt que ton choix s'est porté sur la lutte contre les injustices les inégalités mais aussi et surtout pour la libération, l'émancipation humaines.

Tu étais cultivé. Tu lisais beaucoup. Tu connaissais Marx et les théoriciens de la pensée révolutionnaire.

Tu étais un lecteur assidu du journal l'Humanité et de l'Humanité dimanche.

Tu as su entretenir au fil de tes nombreuses lectures, un sens critique très développé.

Tu savais (je dirais avec générosité ) te mettre en colère pour tout ce qui risquait de ralentir le mouvement vers de nouvelles conquêtes populaires sociales et démocratiques.

Au cours de ta longue vie et malgré les événements de l'histoire parfois tragiques, tu es resté fidèle à ton engagement au Parti Communiste Français ainsi qu'à la CGT.

Tu aimais la musique et tu étais m'a t-on dit un très bon accordéoniste.

Tu as beaucoup voyagé.

L'Union Soviétique, Cuba étaient pour toi, pour ce que j'en sais, des destinations fréquentes. Tu parlais couramment le Russe.

 

Ces dernières années, ta surdité s'aggravait et t'empêchait d'assister aux réunions mais tu tenais particulièrement à participer aux grands rassemblements.

C'est ainsi que les camarades du Sud Vienne se souviendront de toi lorsque tu as failli rater le bus lors du retour du meeting de Limoges !

Tu étais un homme humble et discret. Tu aimais donner de ton temps aux autres et tu as oeuvré pour le bien commun toute ta vie.

Tu étais un communiste ! Un homme véritable !

Au nom de tes camarades, je te dis adieu et merci mon cher Camille, nous ne t'oublierons jamais.

 

 

          A notre notre Camarade Boutin Camille

 

   Nous sommes rassemblés aujourd'hui devant la dépouille de notre camarade et ami Camille ,et bien sur,nous  sommes tristes et pensons à lui .Et c'est au nom du syndicat CGTde l'EDF de Poitiers et de la section  des retraités CGT de l'Isle jourdain que je m'adresse à vous en mémoire de Camille .

 

Camille etait un enfant du pays ,il était né en 1933 dans une ferme  à Brillac, tout près d'ici,ses parents étaient cultivateurs ,7 enfants sont nés ( 4 filles et 3 garçons ) dont Camille. Comme beaucoup de fermiers à l'époque la famille déménagea aux Bonifardières, ferme située sur la commune d'Availles limouzine. C'etait l'occupation allemande et la vie n'etait pas toujours façile

Camille, comme tous les enfants, était scolarisé à l'école d'Availles. Camille était un excellent élève ,il alla jusqu'au certificat d'études qu'il a passé brillament .

 

    Camille travaillait à la ferme des parents , puis au retour du service militaire, il a travaillé comme ouvrier agricole dans d'autres fermes de la commune dont celle de la Mondie.

 

   Les Boutins étaient une famille de musiciens, son grand père jouait du violon,violon que le père de Camille récupéra .

 

   Mais Camille avait choisi l'accordéon ,il avait un  professeur qui s'appelait Henri Leger  et le week -end, après avoir soigné les bêtes  de la ferme ,Camille et Henri animaient les bals dans les villages alentours ,c'était apres la guerre et on les appelait "les bals populaires".Camille avait joué à la clique d'Availles .

Mais Camille voyait bien que son avenir n'était pas de rester à la ferme puis en 1964 son camarade et ami Jean Pierre Malharo qui travaillait à l'EDF lui proposa de faire une demande ,ce qu'il fit  avec succès. Camille, bien encadré par Jean Pierre, se trouva à Paris dans une filiale d'EDF, ça s'appellait la TIRU (traitement Industriel des Résidus Urbains )  .

 

Camille a vite compris ce que les anciens avaient gagné apres la guerre comme avantages pour les travailleurs mais que les Patrons remettaient en cause les acquis, et tout naturellement il a vu que seul il ne pouvait rien faire, mais qu'ensemble on pouvait les empêcher, alors il adhéra a la CGT en 1965, participa à toutes les grève, puis arriva la belle, celle de 1968 dont nous allons fêter le 50ème anniversaire cette année, il était fier de rappeler les augmentations de salaire importantes, la mise en place du SMIC , le droit syndical, la 4ème semaine de congés payés etc, etc ..que nous avions gagnés apres un mois de grève et manifestations .

   Camille est toujours resté  fidèle à la CGT et lorsqu'il pris sa retaite en 1984, il continua de payer ses cotisations avec les retraités CGT de l'Isle jourdain, et participait aux réunions lorsqu'il n'était pas en voyage  et aux diverses manifestations .

 

    Camille avait compris que le syndicat défendait les intérêts des travailleurs, mais que si on voulait changer la société, la rendre plus démocratique, plus juste avec une meilleure répartition des richesses, une paix durable, que les gens soient heureux, pour lui ,seul le Parti communiste français proposait des solutions . Là aussi il etait resté fidèle à ses convictions jusqu'à ce jour où il nous a quittés .

 

Vous savez que Camille  était un grand voyageur. Il partait souvent seul ,parfois avec son cousin présent aujourd'hui ,afin de pouvoir dialoguer avec les habitants  dans le pays où il allait ,il achetait des livres pour pouvoir apprendre et c'est comme ça qu'il parlait le Russe couramment, pays où il est allé plusieurs fois  ainsi qu'à Cuba où il a emmené des médicaments et du matériel médical, puis en Bulgarie ,au Vietnam ,à Tahiti , au Danemarck et puis d'autres .

 

Comme je l'ai indiqué, Camille etait passionné de musique. Il etait resté célibataire ,il était de bon service, il était réservé, on peut même dire un peu indépendant ,il avait une vie saine ,n'etait pas exubérant ,au contraire ,mais lorsqu'on lui posait des questions  au retour de ses voyages ,il aimait bien en parler.

 Camille, ces derniers temps, n'était pas au mieux de sa forme mais personne d'entre nous pensait qu'il allait nous quitter pour toujours dans les conditions où il a été trouvé.

Camille, tes camarades ,tes amis ,ta famille partagent la douleur que nous éprouvont à ne plus te revoir .

 

  Au revoir mon camarade

Jean-Luc Archimbaut

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.