Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Intervention Patrick Coronas sur le budget grand Poitiers

Le budget 2017, premier du nouveau Grand Poitiers, était une agrégation des budgets des anciennes EPCI et cela suite au choix politique de ne pas anticiper, afin de préserver au maximum et jusqu’au dernier moment les indépendances et les susceptibilités. Nous avons perdu du temps et perdu en efficacité, nous l’avons déjà dit et développé l’année dernière.

2018 devait donc être l’année des choix et des arbitrages. Il n’en est rien. On a bien vu tout au long de l’année 2017, en conseil communautaire comme en commission que la tâche était en fait bien trop vaste et complexe pour être rapidement réglée. Et donc 2018 est dans la continuité de 2017 :

On retrouve la trace des anciennes EPCI dans la multitude de budgets annexes. Les politiques sont encore morcelées entre celles entendues à l’ensemble de l’agglo et celles limitées à leur EPCI d’origine.

Cela commence à  générer quelques tiraillements. Des demandes d’extensions des politiques commencent à se faire entendre. En oubliant bien vite que les budgets qui les payent viennent aujourd’hui encore uniquement des EPCI d’origine. Une extension de politique ne pourra se faire qu’en arbitrant autrement le budget (et donc en abandonnant certaines habitudes) ou en augmentant les recettes.

En 2020, on peut espérer des listes qui se présenteront qu’elles auront un projet communautaire à l’échelle de GP40 et que sur l’ensemble des communes, une majorité politique puisse se dégager pour mettre en œuvre cette ambition. En attendant, nous devrions mieux évaluer les besoins et attentes des différents territoires de notre communauté pour réfléchir ensemble aux politiques qui mériteraient d’être étendues (à l’identique ou en les adaptant) et celles qui ne justifient plus et qui devraient  donc à terme être stoppées.

Pour ce qui concerne le budget 2018, les fils rouges choisis nous semblent pertinents pour faire face aux enjeux de l’avenir : Le Numérique et la Transition Energétique. Nous attendons d’ailleurs avec impatience que Grand Poitiers se dote de l’outil nécessaire à une politique ambitieuse dans ce domaine. Nous aurions préféré un budget Energie, nous ferons avec une SEM.

Sont annoncées ensuite deux grandes priorités : l’attractivité et la proximité. Et effectivement, pour reprendre l’expression du rapport, la part belle est faite au développement économique avec par exemple +500K de subvention (+23.7%). Dans le même temps, les subventions liées à l’intervention sociale diminuent de 45K (-6%). Cela nous inquiète. Le développement économique de Grand Poitiers ne doit pas se faire en abandonnant les plus faibles et ceux qui ont le plus de besoins. L’extension de la communauté a été vue comme éloignant les populations des décisions, toucher au social et aux actions de solidarité, politique de proximité par excellence, pourrait renforcer cette idée.

Pour conclure, Grand Poitiers sera une réussite si elle sait tisser les liens, créer des solidarités et des passerelles entre chaque territoire et chaque habitant,  entre l’urbain et le rural, entre l’industriel et l’agricole, entre le patrimoine et le numérique, entre le tourisme et l’éducation. En bref, il faudra savoir tirer parti de nos différences et de nos spécificités. Ne pas chercher à les gommer mais bien les prendre en compte pour les valoriser et trouver ce que chacune peut apporter à l’ensemble. Cela ne sera pas en appliquant toutes les politiques de façon indéterminée et uniforme mais bien en adaptant chacune avec précision.

Nous voterons ce budget.

https://rougepoitiers.wordpress.com/2018/04/06/conseil-communautaire-du-06-avril-2018-intervention-de-patrick-coronas-budget/

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.