Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Le PCF interpelle la région sur la convention TER

Communiqué de presse du PCF86

Une réforme progressiste de la SNCF c’est possible !

Le projet du gouvernement pour le transport ferroviaire, purement libéral, ne répond en rien aux urgences ferroviaires, environnementales et économiques de notre pays.

Destructrice pour notre pays, cette réforme aura de graves conséquences pour notre région.

Ni le changement de statut juridique de la SNCF, ni la disparition du statut des cheminots, ni l’ouverture à la concurrence du réseau, inscrits dans la réforme du gouvernement, n’amélioreront les conditions de transport des néo-aquitains.

Au nom de l’exigence de rentabilité économique, nous pourrions assister à une vraie dégradation du service public rendu. Des fermetures partielles ou totales de lignes pourraient être envisagées comme celle du Vernon, Périgueux-Agen, Limoges-Angoulême, Niort-Saintes ou Brive-Aurillac, Brive-Saint Yriex ou Poitiers-Limoges qui est comme d’autres menacée de fermeture si aucun travaux n’est fait d’ici 2020.

Nous refusons cette logique régressive.

Nous demandons que l’État et la SNCF s'engagent dans la remise à niveau et la modernisation de notre réseau pour assurer la pérennité des dessertes TER, en y accordant les moyens financiers nécessaires

Une note de synthèse de la région sur la stratégie qu'elle peut adopter est tout entière tournée vers la mise en concurrence. Elle préconise une ouverture à la concurrence progressive à partir de 2020 jusqu’à 2024 en mettant en place des lots pour les lignes TER (allotissement). Elle recommande une convention de 5 ans, « convention courte » qui « marque le souhait d’une transition rapide »… plutôt qu’une convention longue (8 à 10 ans) qui serait le signe d’une volonté de s’inscrire durablement dans une vision d’un service public renforcé.
Les fédérations du PCF de Nouvelle Aquitaine ont décidé d’interpeller le président de région et d’informer les usagers : la Région ne doit pas accompagner le projet du gouvernement. À l’instar de ce que d’autres régions ont décidé, le conseil régional doit renouveler sa convention TER avec la SNCF, en excluant les opérateurs tiers. Il doit renoncer à anticiper les choix régressifs de mise en concurrence du gouvernement, en retirant sa proposition d’allotissement des lignes régionales.

Seul un service public intégré peut répondre à ces ambitions.

Une réforme de progrès, au service des populations, des besoins du pays, et de la transition écologique est possible et nécessaire. Son financement est possible, pour les infrastructures et pour que les régions puissent répondre aux besoins régionaux, à condition d'avoir la volonté politique d'arrêter de favoriser le "tout-routier" au profit du transport ferroviaire.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.