Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Alerte aux Fonderies du Poitou

7 ans après la lutte victorieuse des Fonderies du Poitou Alu, les salariés des fonderies alu et fonte mobilisent pour alerter sur la situation. L'emploi et le site industriel sont une fois de plus menacés

L'interview de Jean-Philippe Juin, de la CGT FDPA (Fonderies du Poitou Alu) : https://youtu.be/0mZKZydtcYU

La déclaratoin d'Hugo Blossier au nom du Parti Communiste :

Fonderies du Poitou, Vendredi 21 septembre 2018,

Chers amis, chers camarades,

C’est quelque chose pour moi d’être ici, de répondre à votre appel et de porter la voix
du PCF, c’est un lieu auquel mon engagement est lié. J’ai fait mon dernier jour de
travail pour le prestataire du nettoyage de ce site un certain 2 septembre 2011, le
premier jour du grand combat que vous avez mené pour sauver votre usine et où les
salariés ont fait plier 2 grands groupes capitalistes et un état complaisant. Je peux
vous dire que cette expérience au cœur du travail très dur, de l’emploi précaire (à la
journée) et sans reconnaissance aucune m’a beaucoup marqué. Autant que votre
combat, ils ont grandement participé à forger les convictions qui me font représenter
ici le PCF aujourd’hui.

Tout d’abord, je tenais à rappeler que le PCF répond toujours présent lorsqu’il s’agit
de défendre l'emploi et l'industrie.
Je veux ici dénoncer les politiques des gouvernements successifs, dont l'actuel, qui ne
font que favoriser le capital avec des dispositifs comme le CICE ou le CIR, distribués
par milliards sans aucune condition sur l’emploi, la recherche, la formation, sans être
liés à aucun projet utile et dont l'inefficacité est depuis longtemps démontrée.
C’est cette politique qui fait toujours des salariés la variable d'ajustement pendant que
les actionnaires continuent de se gaver. C’est cette politique qui culpabilise ceux qui
produisent, ceux qui font tourner les machines, ceux qui font tourner le monde et qui
préfère les tuer à la tache ou détruire leur vie de famille que de voir la courbe des
profits grimper un peu moins vite. C’est la politique de ceux qui n’ont foi que pour
l’augmentation du taux de profit, c’est la politique de la religion dominante dans ce
monde : la religion capitaliste.
Dans la situation présente il faut dire qu'il y a un problème dans le comportement des
groupes industriels comme Renault vis à vis des sous-traitants comme les fonderies et
qui ont en quelque sorte le droit de vie ou de mort sur les entreprises dont il est le
donneur d'ordre quasi unique.

Il faut également dire que l'Etat actionnaire de Renault ne peut rester les bras ballants.
Nous demanderons que Renault et l'Etat s'engagent pour la pérennité des 2 fonderies
alu et fonte.Et si ces revendications sont indispensables pour l’emploi et l’avenir du
Châtelleraudais, nous devons mener le combat avec la conscience que sans
changements profonds, les mêmes problèmes se répéteront.
En 17 ans, notre pays a perdu plus d’un million d’emplois industriels. Des filières
stratégiques ont été abandonnées aux contrôles des multinationales. Les fonds
financiers transnationaux détruisent de l’intérieur nos entreprises en s’appropriant le
savoir-faire des travailleurs, en s’emparant des brevets. Une véritable politique
industrielle est nécessaire à notre pays. Il s’agit d’appeler à une renaissance
industrielle écologique au service des besoins humains et liée au développement des
services publics. Sans l’apport de l’industrie, il sera impossible de relever les défis
des transitions énergétiques, écologiques, numériques, urbaines et démographiques.

Sans l’industrie, il n’y aura pas de progrès social possible dans notre pays.
Mettons les salariés au centre du jeu : Que produire ? Comment ? À quelle fin ? Où ?
Gagnons de réels pouvoirs d’intervention et d’initiative aux salariés sur la gestion,
l’organisation et la stratégie des entreprises. Créons des pôles publics puissants dans
les filières stratégiques. Instaurons de vrais rapports qui solidarisent donneurs
d’ordres et sous-traitants.

Pour nous, le minimum et l’urgence serait déjà d’imposer une interdiction
immédiate des licenciements, des fermetures de site, des cessions ou
externalisations de sites ou de services, des délocalisations pour les entreprises
qui font des profits ou dont le groupe actionnaire majoritaire fait des profits.
La mobilisation sera déterminante, soyez-sûrs que les communistes y
contribueront.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.