Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Vacances : un tiers des Français ne part pas

Quarante pour cent des adultes et un enfant sur trois ne partent pas en vacances ...

 

- Un quart des enfants de cinq à dix-neuf ans, 40 % des enfants des familles les plus démunies, 34 % des enfants d’ouvriers ne changent pas d’horizon au moins une fois dans l’année.

- Tous les Français n’ont pas des amis assez fortunés pour leur payer des vacances “ fantastiques ” dans une villa de luxe aux États-Unis. Tous les enfants n’ont pas l’occasion de prendre l’avion et la chance de faire provision d’impressions fortes dans le cockpit d’un Boeing A340 survolant l’Atlantique entre Boston et Paris.

- Ceux qui cet été sont restés chez eux sauront-ils se consoler en pensant aux vacances très médiatiques du président de la République et de sa famille ? Ce n’est pas certain. Peut-être même cette évocation leur fera-t-elle l’effet d’une arête en travers de la gorge. Et peut-être cet effet très désagréable redoublera-t-il lorsqu’ils apprendront que 2007 est l’année de tous les records pour l’impôt sur la fortune. (Selon Le Figaro, il avait rapporté 4,1 milliards d’euros en juin, soit 720 millions de plus que l’an dernier à la même date et le ministère des Finances s’attend à ce que la barre des 4,4 milliards d’euros soit dépassée fin décembre).

- Lorsqu’ils sauront aussi que les dispositions fiscales voulues par Sarkozy et votées en juillet par le Parlement permettront aux assujettis de diminuer substantiellement leur contribution l’an prochain. Entre bouclier fiscal, abattement sur la résidence principale et déductions des investissements dans les PME, la réduction de l’ISF sera telle qu’elle équivaudra à sa suppression. Au grand soulagement de 500 000 Français parmi les plus riches. Ceux-là, à n’en pas douter, pensent que Sarkozy a bien mérité ses vacances de rêve. Pour les autres, pour ceux qui ne sont pas partis, ceux qui ont compté et serré leur budget pour s’offrir un peu d’évasion, la rentrée se fait au pain sec. - L’annonce d’une réunion sur le pouvoir d’achat sous l’égide du président de la République a fait flop. Il n’y a pas eu de coup de pouce au SMIC en juin, il n’y en aura pas à la prime de rentrée scolaire en septembre. Son montant suit tout juste l’inflation alors que, de l’avis de toutes les associations, les coûts des fournitures explosent. Et déjà se profile l’augmentation de la TVA, celle aussi des soins médicaux avec l’instauration de nouvelles franchises.

- Les inégalités se creusent dans le pays. Dire que les combler n’est pas une priorité de Sarkozy est un euphémisme. Toutes les mesures qu’il a impulsées durant ces quelques mois à la tête de l’État n’ont fait que les aggraver. Mais l’égalité est une valeur qui a un sens dans ce pays qui a marqué son histoire. Malgré tous les coups de boutoir qui lui sont donnés aujourd’hui, le mépris affiché que lui vouent ceux qui sont au pouvoir, il n’est pas dit que cette aspiration ne reste pas assez vivace dans les consciences pour animer de futures batailles.

- En 1979, le Secours populaire lançait dans toute la France la Journée des oubliés des vacances, pour alerter l’opinion et rappeler les pouvoirs publics à leurs responsabilités face aux inégalités. Imaginait-on que près de trente ans plus tard elle serait toujours aussi nécessaire ? Cette année, près de 30 000 enfants en ont bénéficié. L’égalité a des militants, c’est sa force ...

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.