Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Conférence de presse du Parti communiste de la Vienne, membre du Front de Gauche

Patrick Coronas, élu communiste de Poitiers, Jean-Jacques Guérin et Yves Jamain, secrétaire départemental ont mené l’analyse à 3 voix :
 

La demande d’ « un coup de barre à gauche » se précise avec la montée de l’intérêt pour les questions politiques et la profondeur du rejet de Sarkozy et de sa politique. C’est en lien avec une influence grandissante du Front de Gauche, perceptible dans les enquêtes d’opinion qui placent Jean-Luc Mélenchon entre 5 et 10%... Le succès du programme L’humain d’abord (300 en quelques jours de vente militante dans la Vienne + les ventes en librairies, en réimpression...) en est un autre signe. Le débat des primaires peut être vu à travers ce prisme. Il a permis d’amener sur le devant de la scène des questions sur lesquels le PS était plutôt fuyant (licenciements boursiers, nationalisation, contrôle des banques, retraites, changement des institutions, même s’il en manque (question des institutions européennes).
Il y a un encouragement pour nous et une opportunité à saisir : débattre de ces questions lors de débats citoyens : en particulier sur la question de la dette et du système financier, la fiscalité et les services publics... Le Front de gauche est un pas décisif vers une unité plus grande pour changer de logique en débattant avec les gens sur ce qu’on doit faire pour gagner et changer vraiment la vie. Renvoyer les électeurs à leur déception, ce serait les jeter dans les bras de la droite ou du FN.

Fonderies du Poitou : l’Etat doit prendre ses responsabilités ! Les salariés ont fait la démonstration de la stratégie de Montupet qui avait depuis le départ l’intention de piller l’entreprise au maximum (en ramassant au passage les fruits de la productivité et les subventions publiques pour se remplir les poches et investir en Bulgarie) et ensuite de la laisser tomber en ayant au passage cassé des hommes et des femmes, mis des familles sur la paille, détruit un outil industriel de haut niveau, contribué au saignement à blanc d’une région déjà exsangue.
 

Mais qu’on ne s’y trompe pas : ce sont les lois mises en place par la Droite, par exemple la fameuse « loi de modernisation sociale » œuvre de Jean-Pierre Raffarin, votée par Jean-Pierre Abelin qui permettent de tels scandales...
Les salariés ont fait la démonstration de leurs compétences et de leurs responsabilité : ils n’ont pas besoin de Montupet !
 

Avec eux nous exigeons :
- Une mise à plat de toutes les subventions et un réel contrôle de l’argent public. En particulier pour Montupet qui a touché près de 3 millions d’euros en 2010 pour de la recherche et développement et des créations d’emploi qui n’ont jamais eu lieu.
- Une véritable politique industrielle : en ce qui concerne les Fonderies du Poitou Alu, l’Etat doit agir auprès de Renault qui est le principal actionnaire pour qu’il reprenne la fonderie, avec un projet de développement, un véritable dialogue, sur la base d’un partenariat et non d’une exploitation. C’est l’intérêt de Renault comme celui des FDPA !

 

Le Printemps de Poitiers : là aussi les salariés ont fait tomber les masques. Le magasin a été volontairement laissé à l’abandon : Sa fermeture était programmée lors du rachat de la chaîne Printemps au groupe Pinault, en 2006, par le groupe italien Borletti (associé à la Deutsch Bank) sous le régime de la L.B.O. (Leverage Buy Out qui permet de racheter une entreprise alors qu’on n’en a pas les moyens en s’endettant jusqu’au cou et en se remboursant ensuite « sur la bête »). On presse le citron et quand il n’y a plus de jus, on jette la peau, c’est-à-dire les salariés. Le groupe Borletti a bénéficié de largesses : un bail de la Caisse des dépôts et consignations à très bas coût pour un tel emplacement, prévoyant en contre partie les travaux à la charge du locataire. Or le Printemps a laissé tout se dégrader... Les 17 magasins du Printemps dégagent des bénéfices donc le PSE (Plan social pour l’Emploi) envisagé est inacceptable. Il faut défendre l’emploi et au moment où les travaux de Cœur d’agglo se terminent sur la place, le Printemps s’intègre tout à fait dans ce projet. Les salariés, avec un grand - savoir faire et pour la majorité, une grande ancienneté (20 ou 30 ans !) défendent leur outil de travail et ont des propositions.

 

En ce qui concerne les élections législatives et présidentielles, le Parti communiste au sein du Front de gauche, est en ordre de marche, prêt à se lancer dans la bataille. Le Front de gauche va organiser d’ici la mi-novembre des assemblées citoyennes par circonscription.

 

Ces assemblées permettront de mobiliser les militants Front de gauche et les citoyens qui veulent s’engager dans cette campagne, de lancer les candidatures et de préparer l’organisation de cette campagne. Nous invitons tous les citoyens qui veulent, à participer et à prendre toute leur place dans ces assemblées et dans cette campagne.

 

Françoise Poteau

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.