Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Conférence de presse de rentrée de la FSU, 31 août 2012

La conférence de presse réunissait Matthieu Menaut pour le SNUIPP ( syndicat national unitaire du premier degré ), Myriam Lieby, coordonnatrice régionale et départementale de la FSU ( Fédération syndicale unitaire) et représentant également les personnels administratifs, de santé scolaire, les assistants sociaux et les lycées professionnels, etc …. Magali Espinasse pour le SNES ( Syndicat national des enseignats du 2 degré), et Medhi Hennauni pour le SNEP (Syndicat national de l’éducation physique).

Pour les élections professionnelles, la FSU Poitou-Charentes a fait une liste commune avec la CGT (seule région de France) ce qui a entraîné une très grande représentativité des deux syndicats.

 

Pour Myriam Lieby, « il était nécessaire de faire le point de la rentrée dans le contexte d’un nouveau gouvernement et d’un nouveau ministre alors que certains établissements sont déjà rentrés et d’autres découvrent les conditions de leur rentrée.

« Refondons l’école de la République » a dit le ministre( voir les propositions de la FSU), ce qui rejoint une de nos orientations  que nous reposons dès le début de la concertation et qui figurera dans le rapport que nous ferons au ministre fin septembre. »

Dans l’Académie de Poitiers le débat sur l’Ecole se traduira par 5 débats dans les 4 départements entre le 13 et le 18 septembre sur 4 thèmes dont ruralité et égalité avec la participation des élus locaux. En plus de ces grands débats, la FSU réclame des débats plus de proximité sur des temps banalisés pour le personnel.

« C’est peut-être là que réside le signe positif de cette rentrée qui reste cependant sous le signe d’un budget Sarkozy et la FSU participe de cet espoir mais le débat ne s’arrête pas à la loi. La discussion autour des décrets sera importante ( par exemple le débat sur le socle commun que nous contestons avec de nombreux chercheurs qui proposent plutôt d’ « apprendre à apprendre ») .

Le SNES tiendra ses Etats généraux du 2 degré en octobre et la FSU son congrès national au Futuroscope du 11 au 15 février 2013.

La FSU a ensuite fait le tour des principales questions en suspens :

Il n’y a aucune information sur les « emplois d’avenir ». La FSU continue à se battre contre la précarité or c’est un dispositif d’insertion et non d’emploi : il faut aller vers des métiers pérennes.

Que devient l’orientation scolaire ? Le centre de Civray est fermé et les élèves doivent faire 40 km pour être aidés dans leur orientation. Le sud Vienne est sacrifié de la maternelle au Lycée

Le cadre budgétaire de la rentrée reste, malgré les postes ajoutés, en gros celui de la Présidence de Sarkozy .

 

Au niveau du primaire, 1000 postes ont été ajoutés, dont 7 dans la Vienne, ça apporte un souffle indéniable à l’école mais 1000 alors que 11 000 ont été supprimés, c’est très insuffisant ! Il reste des situations difficiles en particulier en zone rurale et semi rurale. et aucun poste RASED ( Réseau d’aide aux élèves en difficulté ) n’a été réouvert.

Certaines maternelles intégrant des enfants handicapés ont, malgré ça, des effectifs pléthoriques

Matthieu Menant précise que 7 postes( dont 1 pour la formation des stagiaires) ce n’est pas suffisant loin de là. La rentrée sera difficile en maternelle, en particulier pour les 3 ans. En Vienne 29 stagiaires sont mis en poste sans formation préalable et les contrats aidés sont retirés aux directions d’école.

Les promesses portent sur la priorité au primaire et le SNUIPP sera porte voix et informateur sur ce point : il faut plus de maîtres que de classes .

 

En ce qui concerne le 2 degré, Magali Espinasse relève beaucoup de promesses dont certaines sont déjà tenues comme l’abrogation du décret sur l’évaluation des enseignants. « Le dialogue s’est réinstauré mais la reprise du recrutement ne rattrapera pas les énormes suppressions de poste ultérieures.

De très gros points noirs subsistent » :

Les décharges de 3 heures pour les enseignants stagiaires sont totalement insuffisantes et de plus remplacées par 6 heures de formation : comment bien faire son travail ? La préparation de rentrée a été faite sans prendre cette décharge en compte : les heures supplémentaires vont être «proposées »aux autres collègues y compris à des non spécialistes de la discipline.  

Il n’y a aucune annonce sur la réforme du lycée et de la voie technologique qui s’effondre et qu’il faut très vite rattraper.

Il n’y a rien sur le collège alors que la réforme Chatel a creusé un abîme entre la 3ème et la seconde. C’est un enjeu pour le pays. 

Il y a un manque criant de titulaires en remplacement qui sont tous sur des postes à l’année donc il faut embaucher 500 contractuels et il va en manquer dans de nombreuses disciplines (allemand, arts plastiques, sciences de la vie et de la terre, etc …)

Les effectifs sont pléthoriques ( les classes de premières sont à 36 partout ou presque et certaines 6èmes à 30 ! ) .

Et enfin « A tous les niveaux, il faut agir sur les salaires : les fonctionnaires font marcher l’économie. »

 

En ce qui concerne l’EPS, dans le second degré, Medhi Hennauni trace un tableau encore plus noir !

« L’année dernière 80 contractuels ont été recrutés et cette année, on se prépare à plus. 32 stagiaires sont sur postes non soumis au mouvement ce qui va entraîner l’instabilité dans les postes. Les heures supplémentaires sont déjà pléthoriques en EPS : qui va assurer les 3 heures dégagées ( postes prévus pour 20h au lieu de 17 h ) pour les stagiaires ?

En ce qui concerne l’UNSS ( Union nationale du sport scolaire qui prend en charge les élèves le mercredi ) , il y a eu quelques avancées : 5 postes cadres ont été ré-attribués mais 1 reste supprimé . Heureusement que la Région Poitou-Charentes aide l’UNSS mais les parents payent une grosse part de la licence ( la subvention de l’Etat n’a pas été revalorisée depuis 20 ans. »

Pour l’instant 150 d’EPS heures d’EPS ne sont pas pourvues mais la rentrée va révéler d’autres manques.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.