Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Signez l'appel humanitaire au gouvernement chilien pour contribuer à l'arrêt de la grève de la faim de deux prisonniers politiques Mapuche

À l'initiative de deux organismes chiliens, la Pastorale Mapuche et la Commission Éthique contre la Torture, 12 personnalités chiliennes ont adressé une appel humanitaire au gouvernement chilien pour contribuer à l'arrêt de la grève de la faim de deux prisonniers politiques Mapuche.  Nous vous invitons à signer cette pétition que vous trouverez sur le site: 

http://www.avaaz.org/fr/petition/Respect_des_droits_du_peuple_Mapuche_au_Chili/

Le peuple Mapuche est la population originaire majoritaire au Chili. Leur habitat ancestral se situe au sud du pays. Ils sont en lutte permanente pour récupérer leurs droits territoriaux et culturels, niés non seulement par la dictature de Pinochet mais par tous les gouvernements ultérieurs, qui ont continué et approfondi le modèle économique inauguré par le régime militaire. Le Chili, qui fut alors « le laboratoire du néolibéralisme » est devenu un des pays les plus inégalitaires de la planète. Ses richesses ont été bradés aux entreprises forestières, minières, hydro-électriques et de pêche industrielle, qui saccagent la nature et qui ont réduit à une peau de chagrin le territoire Mapuche. Leur lutte est réprimée avec des méthodes policières barbares et une « justice » qu’applique les lois de la dictature, la constitution de Pinochet étant toujours en vigueur.

Victimes des procès iniques, des doubles peines dictées par des tribunaux civils et militaires, deux prisonniers politiques mapuche ont entamé une nouvelle grève de la faim, qui met en péril leur vie. Douze personnalités chiliennes ont signé une pétition à l’initiative de la Pastorale mapuche et de la Commission Ethique contre la Torture (CECT), pour les défendre contre cette insupportable violation de leurs droits élémentaires. Nous appelons l’opinion publique internationale à soutenir cette demande, et faire ainsi pression sur le gouvernement chilien pour obtenir la libération de prisonniers politiques Mapuche et trouver des solutions équitables pour leur peuple, en accord avec les conventions internationales que l’Etat chilien, pourtant signataire, viole quotidiennement.

 

 
APPEL À UNE INITIATIVE HUMANITAIRE POUR CONTRIBUER À LA FIN DE LA GRÈVE DE LA FAIM DE 2 PRISONNIERS POLITIQUES MAPUCHE
 
La grève de la faim est un ultime recours pour celui qui voit le dialogue raisonnable rendu impossible.
 
C’est la situation dans laquelle se trouvent actuellement les dirigeants de la Coordinadora Arauco Mal14 novembre 2012, se sont engagés à obtenir le réexamen de leur situation juridique à la suite d’une sentence.

La révision de cette décision par la Cour Suprême a abouti à la reconnaissance de divers facteurs
cela ne touche pas à l’essence même de la demande que les grévistes ont adressée à l’Etat chilien et à la société
Cette revendication est fondée sur la nécessité urgente que le Chili reconnaisse un fait pleinement d
d’Histoire, a très clairement exprimé dans une interview donnée à El Mercurio, le 2 septembre 2012, où il revendications sont légitimes car elles s’inspirent de cette longue histoire d’abus, de violences et d’expropriations
 
Le « problème Mapuche » n’est donc pas un thème simplement policier ou juridique, c’est un thèmengagés dans une cause fondée sur l’occupation abusive par le Chili de leur territoire, au sud du Bio-Bio, ocreconnaître ou à réparer.
 
Ceci implique que ni Llaitul ni Llanquileo puissent être traités comme des délinquants et encore morend chaque jour plus difficile de mener à bien le dialogue en attente entre la Nation chilienne et le peuple Ma
paix et de justice avec les recommandations suivantes :
 
1.- La liberté immédiate et inconditionnelle d’Héctor Llaitul et de Ramón Llanquileo afin de mettre fin à  
2.- La création d’une instance de dialogue entre l’Etat chilien et les représentants légitimes du peuple M
 
3.- La définition d’un agenda commun qui puisse déboucher sur un accord qui tienne compte
d’autonomie gouvernementale du peuple Mapuche.
 
4.- La récupération par les communautés des territoires Mapuche qui, dans leur grande majorité, reconnaissance du Traité de Tapihue de 1825, en vigueur mais non respecté par l’Etat chilien, en appliquantraités doivent être respectés, comme l’a fait le Chili pour tout conflit international.
 
5.- La promulgation urgente d’une loi d’amnistie générale des prisonniers, pour ce conflit territorial et,
les affaires judiciaires, la fin de l’actuelle prison préventive prolongée et illégale et l’accès réel à la défense détenus et inculpés pour la défense de leurs terres.
 
6.- Le plein respect de la Convention 169 de l’OIT, signée et ratifiée par le Chili, afin que les peuple
programmes sociaux et d’investissement les concernant.
 
7.- La protection de l’intégrité physique et psychique de l’enfance mapuche et l’application de to
internationale, en matière des Droits de l’Homme.
 
Il nous semble que toute tentative de dialogue d’un organisme de l’Etat ou d’une instance gouvernem
tient pas compte de ces points et ne prend pas en charge la demande principale du mouvement et la revendications.
 
Tôt ou tard le pays et le gouvernement en place devront avoir le courage de marcher dans cette directi
 
Santiago, 27 décembre 2012, à 44 jours du début de la grève de la faim
 
 
Signataires du présent appel :
- Jorge Pinto Rodríguez, Prix national d’Histoire, 2012.  
- Luis Álvarez Figueroa, Pasteur Président de l’Eglise évangélique luthérienne au Chili.
- José Balmes Parrón, Prix national d’Art, 1998.
- Juan Pablo Cárdenas Squella, Prix national de Journalisme, 2005.
- Raúl De la Puente Peña, Professeur d’Etat, Président Nacional de l’ANEF.  
- Viviana Díaz Caro, Prix national des Droits de l’Homme.
- Andrés Fielbaum, Président de la Fédération des Etudiants de l’Université du Chili, FECH.
- Sergio Grez Toso, Historien et Professeur de l’Université du Chili.
- Juan Guzmán Tapia, Juriste, ex juge et ancien doyen de la Faculte de Sciences Juridiques et Sociales d
- Enrique Paris Mancilla, Président de l’Ordre des Médecins du Chili.
- Armando Uribe Arce, Diplomate, Prix national de Littérature, 2004.
- Diego Vela Grau, Dirigeant de la Fédération des Etudiants de l’Université Catholique, FEUC.
- Pastorale Mapuche.  
- Commission Ethique Contre la Torture.
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.