Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Rythmes scolaires : loin de la refondation attendue

Après quelques semaines de concertation la réforme des rythmes scolaires va se mettre en place, sous forme de décrets, dès la rentrée 2013 pour les communes qui le souhaitent, à la rentrée 2014 pour toutes les autres.

 

Re-situer la question dans le contexte général

Les rythmes scolaires sont le cache-sexe toujours convoqué qui masque le refus de transformer une institution qui produit un échec scolaire socialement ségrégatif. Cette question ne peut être résolue que dans le cadre d’un projet politique clairement affiché, après que soient travaillés les contenus de savoirs à transmettre, une formation des maîtres qui soit véritablement professionnelle. Ce n’est donc en aucun cas une urgence, et encore moins la question centrale pour une véritable refondation - d’autant moins que les réponses apportées doivent être des réponses nationales et non au gré des décisions politiques des municipalités, au regard de leurs choix ou de leurs budgets, très inégaux.

Aucune étude ne démontre l'influence directe des rythmes scolaires sur les résultats. Le vrai défi, c'est de donner à tous les moyens de réussir car tous en sont capables.

 

L'Education renvoyée de l’école

À travers cette refonte des rythmes, le gouvernement cherche à obtenir une implication plus grande des collectivités locales, sans rien préciser des financements qui pourraient rééquilibrer les inégalités territoriales. En articulation avec l’acte III de la décentralisation, le risque est grand de se diriger vers un service public plus municipal que national - avec toutes les conséquences que cela pourrait avoir en termes de politique scolaire et de creusement des inégalités. En effet de nombreuses collectivités territoriales ne pourront faire face à la situation créée et, seront contraintes à ne plus proposer de prise en charge des enfants, à faire appel au privé, ou encore à multiplier les petits emplois, précaires, sous-payés et peu qualifiés, donc féminins en grande majorité. On risquerait alors de voir un détournement du rôle des espaces d’animation, qui se verraient jouer le rôle d’école par défaut.

Une fois encore, nous appellons à une véritable refondation de l'école, impliquant tous les acteurs concernés, qui se donne pour but la réussite de tous les élèves avec l'ambition d'une culture commune exigeante.

 

Parti Communiste Français

Fédération de la Vienne

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.