Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Communiqué de presse : Le MJCF 86 réagit à l'annonce de Jacqueline Daigre sur les transports dans le cadre des municipales de Poitiers

Communiqué de presse.

Fédération de la Vienne du MJCF.

 

Jacqueline Daigre, lors de la conférence de presse qu'elle donnait au 16 rue Carnot, mardi dernier, pour le lancement de la campagne de l'UMP en faveur de la gratuité des transports, a tenu à souligner «  Pour une fois, l’extrême gauche et moi sommes sur la même longueur d’onde, affirme-t-elle. À la différence près que je ne promets pas de le faire tout de suite et à n’importe quelle condition. Mon projet est crédible et faisable ».

Cette déclaration, a défaut d'être fondée, a au moins le mérite de mettre en valeur une évidence : L'UMP n'a pas la même conception que nous de la crédibilité d'un projet politique.

 

En effet, la crédibilité d'une campagne repose à nos yeux dans les changements concrets qu'elle peut apporter dans la vie quotidienne des citoyens, c'est à dire dans sa capacité à répondre à un besoin social : c'est à ce titre seulement qu'elle peut prétendre être efficace.

 

Le projet de Jacqueline Daigre ne semble malheureusement pas avoir été réfléchi en ces termes puisqu'il n'est porteur d'aucune vision de société, qu'elle soit sociale, urbaine ou écologique, et a été conçu, d'après ce qui a été dit lors de la conférence de presse, dans le but flou de « de dynamiser le centre-ville, de redonner de la vie et du pouvoir d'achat à Poitiers » : en résumé, l'objectif sous-jacent ici est donc de favoriser l'accès au centre, afin de pousser le poitevin à la consommation. Si la campagne de l'UMP a été pensée entièrement dans une optique consumériste, on comprend alors l'incohérence des mesures que Jacqueline Daigre a dévoilé le 5 Novembre, mesures qui ne concerneraient dans la première partie de son mandat, si elle était élue, qu'une minorité de personnes.

 

En guise de propositions phares, on nous présente effectivement 2 paliers avant d'arriver à la gratuité pour 2017 : des bus gratuits le week-end dès le 1er janvier 2015, puis, dès 2016, des bus gratuits 7j/7 pour les plus de 65 ans. Force est de constater que si Jacqueline Daigre sait bien où se trouve la majeure partie de son électorat, elle méconnaît les besoins en transports de Poitiers, sinon pourquoi fonder sa campagne sur des revendications qui ne prennent pas en compte, pour deux ans au moins, la majorité des usagers des bus poitevins, à savoir les étudiants et les salariés ?

 

Il est temps de lever les masques et d'annoncer la couleur : l'UMP a réussi l'exploit de se raccrocher à un thème au cœur du débat municipal, celui de la gratuité des transports, en lui ôtant tout fond politique, préférant lui donner une vocation libérale et le destiner à une petite minorité, allant même jusqu'à prétendre dans son plan de financement que « la coupe est pleine » pour les entreprises qui reversent la taxe transports, quand cette dernière reste plus qu'acceptable localement si on la compare à celle prélevée sur la masse salariale des entreprises de Montbéliard ou de Chambéry, villes dont la configuration ressemble à celle de Poitiers.

 

Qu'opposer à cette imposture ? Les Jeunes Communistes sont porteurs, depuis le milieu de l'année dernière, d'une campagne qui condamne tant le prix trop élevé du bus que les manques dans la réflexion des tarifs aménagés (tarif étudiant inexistant, seulement un tarif pour les -de 26 ans par exemple) et défend des tarifs de bus abordables pour tous, ainsi qu'un réseau plus égalitaire, qui irrigue toute la communauté poitevine et ne laisse plus de côté Poitiers-Ouest, ou le Grand Poitiers , zones encore relativement mal desservies.

Nos revendications sont les suivantes : mise en place d'un ticket à 1€ valable toute la journée, un tarif de base de 20 € par mois pour tous les salariés, l'instauration d'un ½ tarif pour les scolaires, les étudiants, les retraités, les demandeurs d'emploi, la gratuité totale pour les autres (minimas sociaux) et des dessertes plus régulières sur Poitiers-Ouest, le Grand Poitiers, le Futuroscope, et le campus.

Ces revendications nécessiteraient 1,5 million d'euros, qui peuvent être aisément dégagés si l'on fait passer la taxe transports de 1,3 à 1,45 %. Elles sont donc applicables dès le début du premier mandat de la nouvelle municipalité.

Cette campagne, réfléchie l'an dernier hors-contexte municipal dans le but de proposer aux gens des changements rapides et concrets, serait un premier pas vers une gratuité que nous espérons bien voir naître à Poitiers avant la fin du prochain mandat : garantir l'accès aux transports pour tous et partout afin de faciliter le quotidien de chacun, réaffirmer ainsi que c'est dans la solidarité que se trouve la réponse aux attaques de l'austérité subies par la partie la plus précaire de la population, réfléchir à un projet citoyen et écologique pour la ville de Poitiers... C'est à ça que doit ressembler une véritable proposition de transports gratuits pour Poitiers, et certainement pas à la mascarade que se propose de nous jouer l'UMP, réfléchie purement et simplement à des fins électorales.

 

Le MJCF 86

A Poitiers,

Le 06/11/2013

mjcf86@gmail.com

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.