Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Conseil municipal du lundi 18 novembre 2013

Patrick CORONAS

Groupe Communiste

Conseiller Municipal Délégué

A la maîtrise de l’énergie

 

Délibération 2 : Pôle musique Universités

Il est tout à fait indispensable de soutenir notre Université. Mais cette délibération comme bien d’autres avant et bien d’autres à venir montre que l’autonomie des Universités conduit à une délégation de l’État sur ses anciennes responsabilités d’égalité du développement territorial. Sur ce projet, l’État ne finance plus que 50% de la somme.

Tout ceci contribue à une perte de sens et une perte de visibilité des différentes responsabilités.

A qui revient la compétence du maillage universitaire territorial et du développement de l’enseignement supérieur ?

Si ce n’est plus l’État, ce sera les collectivités et donc petit à petit les collectivités ayant le plus de moyens (ce qui n’est pas notre cas).

 

Pour cette question comme pour de nombreuses autres, la dilution des responsabilités comme des financements fait perdre aux citoyens comme aux élus la visibilité des actions et des responsabilités.

 

Alors bien sûr, nous voterons cette délibération sans état d’âme, mais encore une fois, la logique de concurrence entre territoires est à l’œuvre plutôt qu’une logique de coopération et de complémentarité.

 

Délibération 4 : TEMPS DEM

Les défenseurs acharnés du travail du dimanche et de «liberté » du temps de travail pourront méditer cette délibération.

Au-delà des nombreuses professions contraintes de travailler 24h/24h et 7jours sur 7 pour rendre un service nécessaire (santé,…), il ne semble pas utile à notre société de multiplier ces horaires décalées et ces journées travaillées pour l’ensemble des salariés. Ces conditions de travail subies (très souvent par des familles monoparentales et pour des salaires plus que faibles) rendent la vie familiale difficile et la garde d’enfants particulièrement problématique.

Si TEMPS DEM a une raison d’être pour les professions aux activités nécessaires, les collectivités ne pourront répondre à une généralisation totale du travail le dimanche et tardifs.

Soulignons de plus que TEMPSDEM en assurant de bonnes conditions de travail pour ses salariés tente de ne pas rajouter de la précarité à la précarité ce qui n’est pas le cas des officines privées ( et ce dans tous les domaines comme le montre la situation du transport de personnes handicapées ). Ce à quoi on aboutira, c’est une solution des coûts induits des gardes d’enfants des familles les plus modestes, coûts dont les responsabilités viendront des conditions de travail imposées.

Les salariés se trouveront alors sans solution mais ces difficultés familiales mobilisent moins que les « pseudo-risques » sur la famille d’un projet concernant les couples homosexuels.

 

Délibération 10 :

On nous demande encore une fois notre avis pour la création d’une société immobilière de la part d’un bailleur social dont l’objectif n’est pas de construire des logements sociaux.

Il est question d’une maison de santé. Est-elle publique, privée ?

On nous parle de plus du risque des délais de couverture du coût du projet, phrase sibylline dont je ne comprends pas le sens ?

 

De ce fait, nous n’approuverons pas cette décision.

 

Délibération 36 : logement de fonction

Il s’agit de l’application d’un nouveau décret.

Il faut garder à l’esprit que le bon état général de notre patrimoine immobilier ancien et sa sécurité (l’incendie de l’Hôtel de ville nous le rappelle) est également dû à la présence du personnel logé sur place. Si bien sûr, l’occupation des biens municipaux doit être encadrée, il ne faudrait pas que cela soit au détriment de ce rôle essentiel rempli par ces personnels. Il faut mettre en place de toute urgence une organisation du temps de travail, une prise en compte des astreintes afin de ne pas diminuer leurs revenus.

 

Délibération 53 : vente de logements sociaux

Le CA de LOGIPARC de février 2013 a examiné sa politique de vente de logements.

La majorité du CA a adopté la politique de vente proposée dont ces 5 logements (sauf les associations de locataires). On peut se demander pourquoi. Ce n’est donc pas une demande des locataires ?

 

Ces logements se situent en bordure de Bellejouanne, dans une zone dense de logements sociaux.

Quelques commentaires sur les 2 motifs invoqués :

- mixité : Ces logements seront proposés aux occupants actuels. Donc quelle mixité supplémentaire ?

Sur la mixité, manions ce concept avec prudence

- locataires qui ne bougent plus : s'il fallait vendre partout où les locataires ne bougent plus.... il faudrait vendre une bonne partie du patrimoine social !

Aujourd'hui avec la crise, on a des locataires captifs. Plus de 80% des entrants ont des ressources inférieures au seuil de pauvreté (900 euros environ/mois).
Ces gens n'ont pas le choix financier d'aller ailleurs ! En + lorsqu'ils sont là depuis longtemps ils ont des loyers moins chers car pas revalorisés à la relocation.

 

Sur les considérations générales : la vente occasionnelle de logements inadaptés au projet social peut s’envisager. Or à chaque fois (et là encore) on nous propose toujours de vendre des logements occupés en permanence qui permettent ici à LOGIPARC, car amortis depuis longtemps, de financer l’entretien et le renouvellement de son parc.

Pourquoi ne nous propose  pas à la vente des logements vacants qu'on n'arrive plus à louer ????

A noter que dans les comptes 2012 de LOGIPARC, le coût de la vacance des logements a augmenté de 30% ! (soit 327 logements en tout), elle a coûté 1,7 million d'euros en masse financière annuelle à LOGIPARC. 

De plus on met souvent en vente des logements individuels (type pavillonnaire) alors que se sont les plus demandés et qu'on en manque.  

En fait, derrière tout cela, il y a la loi "BOUTIN" (loi M.O.L.L.E.) qui oblige les Offices à vendre 10% du patrimoine ! ("tous propriétaires")

La dernière loi A.L.U.R. du gouvernement actuel n'y a pas touché !

 

Cette somme doit retourner, comme l’impose la loi, à de la construction neuve (hors ANRU) afin de reconstituer le stock de logements sociaux. Mais combien de logements neufs pour 5 logements vendus ?

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.