Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil > Actus > Conditions de Vie
 
 
 
 

« C’est un pacte d’irresponsabilité… »

Conférence de presse du PCF 86 le 28 janvier 2014

 

Yves Jamain, secrétaire départemental du PCF de la Vienne et Michel Brouard, conseiller général du canton de Saint Savin ont analysé les perspectives en début d’une année charnière dans le quinquennat…alors que 2 élections majeures vont se tenir dans les prochains mois : les élections municipales, celles dont les français se sentent le plus proches, dans un mois et demi et les élections européennes, après quatre années d’une crise dramatique dans toute l’Union européenne, dans moins de quatre mois.

 

Yves Jamain analyse « Le climat politique et économique de ces deux élections est très lourd et rend l’avenir très instable. Le pays est déprimé et angoissé socialement et politiquement. La France de 2013 a été celle des 1000 plans de licenciements et notre département n’a pas été épargné. Plus de 5 millions de chômeurs, l’ANI qui sert la soupe aux licencieurs, le nouveau recul du droit à la retraite, les 30 milliards de nouveaux cadeaux au patronat avec le CICE, l’augmentation injuste de l’impôt sur le revenu et celle de la TVA …Les résultats sont catastrophiques et le pacte de responsabilité, s’il était mis en œuvre, serait un très grave recul pour notre modèle social et républicain, pour le monde du travail, pour l’ensemble des français. »

 Il est clair et net que nous n’avons pas l’intention de l’accepter !

Nous tendons la main à tous ceux qui refusent la voie sans issue de l’austérité et qui ne retrouvent plus dans ces choix ouvertement socio-libéraux, nous tendons la main et leur proposons un pacte de solidarité pour travailler sans tarder à la reconstruction d’une politique de gauche qui alliera justice fiscale et sociale, nouveau modèle productif, transition écologique et nouvelle vie démocratique. »

Michel Brouard intervient sur la menace terrible qui pèse sur les collectivités locales. La baisse drastique des dépenses publiques de 53 milliards d’euros pour 2015, 2016 et 2017 concerne toutes les dépenses publiques : budgets publics de l’Etat et dotations aux collectivités locales qui seraient désormais allouées avec un système de malus pour celles qui ne réduisent pas assez vite leurs dépenses.

Les réformes institutionnelles annoncées avec regroupement de régions et suppression de départements participent doublement de cet objectif : en accélérant là ou c’est possible la suppression des emplois et des services publics en concentrant les pouvoirs et en les éloignant encore des citoyens pour mieux piloter la restructuration à la baisse des dépenses publiques. Ce sont tous les moyens de services publics nationaux et locaux qui vont être amputés.

L’offensive va être maximum dans la foulée de la loi sur les métropoles et le changement de mode de scrutin cantonal et du redécoupage. Nous n’acceptons ni le gouvernement par ordonnances ni les regroupements autoritaires de collectivités.

Nous ne sommes pas partisans du statu-quo. Nous voulons des collectivités coopératives libres, de plein exercice et non des relais sous tutelle. Nous voulons des collectivités où les citoyens décident, où les élus sont respectés parce qu’ils construisent des choix avec les citoyens.

Aussi nous exigeons la consultation par référendum des populations sur toute suppression de collectivité régionale ou départementale. Ces questions seront au centre des batailles électorales locales.

Yves Jamain conclut sur les élections municipales, front majeur et primordial de la lutte que nous engageons contre l’austérité et pour des alternatives de progrès à la crise actuelle.

Les choix seront simples  entre :

  • restriction drastique des dépenses de services publics et les populations trinqueront lourdement

  • et des politiques publiques innovantes, faisant le choix du service public, de la solidarité, de l’égalité et du développement pour tous.

C’est évidemment ce dernier choix dans lequel nous nous engageons dans chaque commune où nous présentons des candidats.

Nous combattons pour cette raison avec détermination toute tentative de la droite ou de l’extrême droite de conquérir des municipalités car le service public et l’égalité sans discrimination seraient les premières cibles.

Notre choix est tout autre : c’est celui de majorités municipales de gauche où il faudra résister aux injonctions de d’austérité du gouvernement car ce qui se joue ce sont des transports publics, des crèches, du logement social de qualité etc …

Déserter ces positions serait une grave erreur et l’heure est au contraire à leur renforcement. C’est dans ce cadre que nous avons fait nos choix de listes pour le premier tour. Au deuxième tour, notre règle sera partout le rassemblement pour assurer une victoire de gauche.

Nous abordons également cette échéance avec l’ambition de renforcer la place des élus communistes et du Front de gauche …

En ce qui concerne les élections européennes qui suivront, c’est le même combat contre les politiques d’austérité et de dumping social : non aux diktats antisociaux de l’UE, à la tutelle des marchés financiers, au mépris des souverainetés populaires.

Oui à une parole forte de la France qui fasse respecter le message des Français, qui refusent le chantage de l’UE et se battent pour la refondation d’une Union européenne où les peuples soient souverains et associés pour le meilleur de la coopération et de la solidarité .

Oui, nous sommes au travail et il faudra décidément compter avec le PCF pour écrire l’avenir de la Gauche dans ce pays.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.