Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Pour comprendre ce qui se passe à Federal Mogul et agir contre les 241 licenciements

FEDERAL MOGUL : historique et enjeux

 

Fédéral-Mogul Corporation (NASDAQ : FDML) est un fournisseur mondial majeur de produits et services destinés aux fabricants et fournisseurs de services de véhicules et équipements automobiles – véhicules de tourisme mais aussi toute la gamme des véhicules commerciaux –, et aux secteurs de l'aérospatial, des chemins de fer, maritime, de la production d'énergie et de l'industrie. Parmi les produits et services proposés, nombreux visent à réduire la consommation de carburant et les émissions polluantes et à améliorer la sécurité des véhicules.

Nous concevons, étudions et fabriquons une gamme étendue de produits pour l'automobile destinés tant au marché des matériels d'origine qu'à celui des pièces de rechange. À titre d'exemple, citons les éléments suivants : roulements, pistons, segments de pistons, bagues et chemises, sièges et guides de soupapes, joints dynamiques, joints et garnitures statiques chauds ou froids, joints moulés d'élastomère liquide (LEM), protection de système, pièces de friction. Nous proposons de plus sur le marché des rechanges des produits suivants : organes moteur, garnitures, roulements et joints antifriction, freins, châssis, essuie-glace, pompes à carburant, allumage et éclairage.

Le groupe Fédéral Mogul emploie actuellement 44 300 salariés dans 33 pays ; son siège mondial est situé à Southfield, Michigan, États-Unis.

Le chiffre d'affaires pour l'exercice clos en 2013 a atteint 6,8 milliards de dollars (US).

Aujourd’hui notre usine est en concurrence directe avec les autres entreprises du groupe Fédéral Mogul. En Europe, Fédéral Mogul Chasseneuil ne représente que
10 % du marché, à l’opposé des 3 autres sites qui se partagent le reste avec la Pologne 1 200 salariés, l’Allemagne 1 000 salariés, la Turquie 900 salariés, France 260 salariés.

Fédéral Mogul Chasseneuil est implanté dans la Vienne depuis 1972 fabriquant des pistons pour véhicules de tourisme essence et diesel avec, comme clients RENAULT et PSA.

Actuellement l’usine de Chasseneuil reste le seul fabriquant de pistons en France.

L’entreprise est scindée en 3 ateliers : une Fonderie, un atelier Usinage et un atelier Contrôle Final.

Le site de Chasseneuil a un savoir-faire unique en France pour fabriquer des pistons avec une qualité de travail de haut niveau avec une augmentation du taux de rendement synthétique machine à plus de 80 % et un taux de rebuts très faible. L’usine de Chasseneuil a toujours été pour nos clients un lieu stratégique de réactivité pour fournir nos donneurs d’ordres dans les plus brefs délais.

En mars 2013, les membres du Comité Central d’Etablissement de Fédéral Mogul ont lancé un droit d’alerte sur le site suite à l’annonce de délocalisation de la nouvelle ligne de pistons pour le moteur EB2 de PSA, avec aussi l’inquiétude de voir partir depuis plusieurs années nos services supports (Logistique-Banc d’essai-Bureau d’étude-comptabilité) ce qui fait qu’actuellement nous ne sommes plus qu’un site de production de pistons Diesel et essence vieillissant.

Malgré un accord sur l’augmentation du temps de travail en 2011 signé par les 2 organisations syndicales, avec en contrepartie un investissement de 4 millions d’euros pour cette ligne d’avenir de PSA ; Aujourd’hui, une partie de cette ligne est toujours sur le site mais n’est pas exploitée pour la production.

Pendant plus de 10 mois, la direction du site laisse planer le doute en n’apportant aucun élément pour la pérennité de l’entreprise à la demande du droit d’alerte.

Malgré cela, les salariés n’ont pas baissé les bras, bien au contraire, puisque des gains de productivité ont été réalisés avec des comptes de résultat qui remontaient ces derniers mois.

Au mois de février 2014, la Cgt dénonce l’inquiétude d’une fermeture proche de l’usine sur la presse locale, le directeur du site fait savoir à la presse qu’une fermeture n’est pas d’actualité.

Quinze jours avant l’annonce de la fermeture du site, la direction donne 31 promotions dont un CDD en augmentation individuelle.

Le mercredi 2 avril 2014, la direction générale de Fédéral Mogul France annonce en Comité Central d’Etablissement le projet de cessation d’activité et le projet de fermeture du site, dernier trimestre 2014. 241 salariés sont concernés par ce plan de fermeture ; cela représente une perte de 700 emplois induits.

En même temps la direction du site de Fédéral Mogul Chasseneuil profite de l’absence des représentants syndicaux pour faire l’annonce aux salariés.

Une cellule de crise est mise immédiatement en place sur le site avec des psychologues.

Nous ne comprenons pas cette annonce étant donné que l’EBIT de l’entreprise est à 0 pour l’année 2013, nos dirigeants n’étaient pas dans l’urgence pour fermer ce site.

L’argument de la direction de Fédéral Mogul est le fait d’une demande de baisse de prix de nos pistons par nos 2 donneurs d’ordres RENAULT et PSA.

Pour PSA une baisse de plus 25 % de 2013 à 2016 et pour RENAULT une baisse de prix pour le piston K9K produit phares dû à la mutation du piston aluminium aux pistons acier. Soit 2/3 acier et 1/3 alu en 2017.

Si au niveau industriel il peut y avoir des problèmes de volume, prix client de PSA et RENAULT, voir conjoncturels, la faute de l’employeur au niveau de la gestion des ressources humaines ne peut être écartée.

La pyramide des âges telle qu’elle est constituée démontre bien que le site de Fédéral Mogul CHASSENEUIL n’a eu aucune anticipation sur la gestion de la main-d’œuvre, des embauches, de la formation, puisque tout départ en retraite n’a pas été remplacé.

Aujourd’hui aucune donnée ne permet de penser que le groupe Fédéral Mogul a construit l’avenir dans une stratégie définie. Au contraire, on s’aperçoit que le groupe a laissé volontairement Fédéral Mogul CHASSENEUIL à l’abandon.

Et de délocaliser son seul site français dans les pays à bas coût en POLOGNE et TURQUIE.

Pour les représentants du personnel, le Piston acier peut être réalisé sur le site de Chasseneuil. Il suffit d’investir dans des outils pour l’usinage et des fours adaptés pour faire fondre l’acier en fonderie. Notre site en usinait il y a plus de 20 ans.

Nous exigeons que les pouvoirs publics et politiques, ainsi que les donneurs d’ordres (RENAULT et PEUGEOT) et les organisations syndicales se mettent autour d’une table et trouvent des solutions pour sauver le site de Chasseneuil qui est le dernier site à faire des pistons en France. Si rien n’est fait, c’est encore un savoir-faire unique qui disparaîtrait de l’hexagone.

 

Déclaration de la CGT

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.