Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Pour l'Humain d'abord et le bien commun

Les candidats

  • Gisèle Jean, maire de Queaux et son suppléant Jean-Louis Durand, conseiller municipal de Lusignan.
  • Patrick Coronas, conseiller municipal de Poitiers et sa suppléante Isabelle Ponchaux, conseillère municipale de Pleumartin.

 

Pour l'humain d'abord et le bien commun : une lettre aux grands électeurs de la Vienne

Nous avons été candidats pour le Front de Gauche et nous le serons à nouveau aux prochaines élections sénatoriales du 28 septembre pour défendre et promouvoir nos territoires, pour une politique de Gauche fondée sur un service public de qualité et la satisfaction des besoins, avec la volonté de porter un projet politique pour la France qui s'oppose aux choix de restrictions budgétaires et de recul social en France et en Europe.
Cette élection intervient dans un moment de crise profonde pour notre pays, une crise économique, sociale, politique voire morale qui ne cesse de s'approfondir avec les orientations mises en œuvre depuis plusieurs mandats présidentiels. C'est une crise qui menace aujourd'hui les fondements même de notre République, notre République de Liberté, d'Égalité et de Fraternité qui tend de plus en plus à devenir celle de la finance, des renoncements et des compromissions. À tel point que la question est posée aujourd'hui du passage à une VIe République qui ouvre une nouvelle voie sociale et démocratique. C'est l'un des premiers objectifs que nous porterons dans cette campagne.

Pour cette élection, le choix est simple

Celles et ceux parmi vous qui veulent le maintien et le renforcement des communes et des départements, qui considèrent que les intercommunalités et les régions doivent être les outils de la coopération plutôt que les vecteurs de la concurrence, celles et ceux-là pourront l'exprimer avec notre candidature portée par un courant politique qui ne varie pas dans sa conception de l'organisation de notre République.
D'autre candidats représentent les forces politiques qui ont soutenu le rapport Balladur de 2009 ou encore les divers projets de réforme territoriale qui vont tous dans le même sens_:_suppression des conseils généraux, remplacement de la structure État-Département-Commune par la structure Europe-Région-Intercommunalité, mise en concurrence renforcée des territoires. Avec la réduction des moyens financiers des collectivités locales, ces projets trouvent leur origine dans les traités européens et les recommandations de la commission européenne.
L’intercommunalité doit être un outil de coopération entre les communes. Elle doit reposer sur la volonté et le libre choix de chacune des communes de s’associer avec les autres, pour porter, dans l’intérêt des citoyens, des projets communs.

Nos engagements sont simples et clairs

Concernant la réforme territoriale, il est nécessaire qu'elle soit remise à plat, qu'une évaluation sérieuse soit réalisée sur les conséquences des décentralisations effectuées depuis trente ans, qu'un débat public soit nourri de cette évaluation et que nos concitoyens décident au moyen d'un référendum pour valider une nouvelle organisation du territoire républicain. Notre diversité territoriale est une chance si elle est fondée sur la clarté et la confiance. Clarté sur la répartition des compétences pleinement assumées et financées. Confiance avec le respect du principe de libre administration des collectivités locales et la garantie du niveau des dotations de l'État.
En période de grandes difficultés et d'instabilité, il faut pouvoir compter sur les structures territoriales sûres que sont les communes et les départements. Ce dont nos concitoyens ont le plus besoin, c'est de collectivités accessibles, d'élus présents, de services proches. Les collectivités locales représentent plus de 70_% des investissements publics, elles sont essentielles pour relancer l'économie du pays. Bien gérées, elles ne sont pas responsables de la dette de la France. Elles subissent pourtant des coupes budgétaires, ce qui participe à enfoncer le pays dans la crise. De plus, chacun le sait, la dette de la France ne provient pas des dépenses publiques mais des cadeaux fiscaux et sociaux, et de l'argent caché dans les paradis fiscaux.

Ces valeurs sont portées par un groupe au sénat

Nous voulons promouvoir l'action publique, la dépense publique, l'investissement public, pour la croissance en intégrant les exigences du développement durable. C'est l'atout essentiel pour répondre aux besoins de nos concitoyens et de nos territoires, c'est l'atout essentiel d'une relance nécessaire à la sortie de la crise.

 

Rencontrer les candidats : les Réunions publiques

  • Le 09/09 à17h30 salle Jean-Réau à Lussac. Le même jour à 19h30, à la mairie de La Trimouille
  • Le 10/09 à 17h30 salle de la gare à l'Isle-Jourdain. Le même jour à 19h30 dans la salle polyvalente d'Availles-Limouzine.  
  • Le 11/09 à 19h30, première salle annexe à Charroux.
  • Le 15/09 à 17h30 à la mairie de Montmorillon. Le même jour à 19h30 à la Maison des associations de Saint-Savin
  • Le 16/09 à 17h30, Salle de l'ancienne mairie de Gençay.  
  • Le 17/09 à 17h30, Château de Vounant à Vivonne.
  • Le 19/09 à 18h à Vouillé, salle Traversonne
  • Le 20/09 à 10h30 à la mairie de Lusignan.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.