Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

La loi de transition énergétique, une aberration économique et sociale

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LA CGT DU CNPE DE CIVAUX du 4 novembre 2014

La loi de transition énergétique, une aberration économique et sociale

Ce 4 novembre, comme dans toute la France, les salariés du CNPE de Civaux étaient en grève contre les conséquences de ce projet de loi.

Une aberration …

Ce projet de loi, destiné à réduire les émissions de CO², entrainerait la fermeture de plusieurs tranches nucléaires qui n’en produisent pas ou peu. Par contre, les transports sont "les grands absents" de ce projet de loi, "alors qu'ils sont les premiers émetteurs de gaz à effet de serre et les premiers consommateurs de pétrole".

…économique

Fermer des sites de production condamne de nombreux bassins d’emploi. Pour exemple, le CNPE de Civaux c’est 1000 emplois direct en fonctionnement normal (et 2000 lors des opérations de maintenance), 3000 à 3500 emplois induits. Des chiffres incomparables à ceux issus de soit-disant « emplois verts ».

…et sociale

La politique tarifaire, y compris la péréquation* sur tout le territoire sera impactée. Cette politique risque d’avoir pour conséquence une disparition des tarifs réglementés, et donc des  hausses conséquentes des coûts pour les familles. Il est a noter, sur ce dernier point, que les économies (traduire « la baisse de la consommation d’énergie») prévues par la loi sont essentiellement basées sur les usagers eux-mêmes, qui, pour maintenir une facture d’électricité acceptable, seront obligés de baisser la température de leur logement (par exemple) ce qui  contribuera à l’augmentation de la précarisation des foyers les plus pauvres, malgré le « chèque énergie » prévu dans la loi.
Pour la CGT du CNPE de Civaux, ce projet de loi reste dans la continuité de la libéralisation du marché de l’électricité. Ce projet prévoit, d’ailleurs, la privatisation des barrages les plus rentables. L’augmentation des tarifs permettra de se situer au même niveau que le marché concurrentiel (POWEO, Direct énergie,…), marché qui, depuis 10 ans, n’a pu se placer dans le paysage énergétique français. Cette phase finale entérinerait la disparition du service public.
Ce mouvement ne fait que commencer et nous saurons interpeller l’ensemble des élus et des citoyens afin de débattre et de faire prendre conscience de l’importance des effets néfastes sur la vie des Français.

*La péréquation tarifaire permet à chaque usager de payer le même prix du KW/h, qu’il habite dans le centre d’une agglomération ou en rase campagne.
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.