Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Quel avenir pour la desserte nationale ferroviaire de Châtellerault à l’horizon 2017 ?

Quel avenir pour la desserte nationale ferroviaire de Châtellerault à l’horizon 2017 ?

Avec l’achèvement des travaux de ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux, la nouvelle desserte TGV entre Paris et Bordeaux sera mise en place à l’été 2017 selon le calendrier annoncé. Cela signifie concrètement que l’élaboration de la nouvelle desserte –horaires, politique d’arrêts- est déjà bien avancée si j’en crois les récentes déclarations dans la presse régionale du Président de la Région Poitou-Charentes et du député maire de Poitiers.

Visiblement, la SNCF attend que les élections départementales soient passées pour dévoiler plus avant son projet aux élus locaux car il est fort probable que celles et ceux qui ont justifié l’engagement d’argent public (Pays châtelleraudais, Grand Poitiers, conseil général de la Vienne) pour financer la concession privée de réalisation et d’exploitation de la nouvelle infrastructure en indiquant qu’ils avaient des garanties sur le maintien du niveau de dessertes vont avoir des comptes à rendre aux citoyens.

En effet, en se vantant d’avoir signé une charte avec Réseau ferré de France précisant le maintien des dessertes, ils n’étaient pas sans savoir, en tant que décideurs politiques, qu’il s’agissait d’un chèque en blanc puisque c’est celui qui fait rouler les trains, la SNCF, qui établit la desserte avec le nombre de trains, les horaires et les arrêts. Pour tenter d’en sortir la tête haute, ils ne manqueront comme à l’habitude de hurler contre « la vilaine SNCF » pour faire oublier leurs responsabilités d’élus locaux et pour certains d’élus nationaux qui ont voté l’été dernier la loi réformant le système ferroviaire en lui laissant les plus de 40 milliards de dettes qui l’asphyxient.

Aujourd’hui, le Président de la SNCF annonce que d’ores et déjà l’exploitation de la nouvelle desserte TGV sera déficitaire de 150 à 200 millions d’euros. Dit autrement, la SNCF construit une desserte la plus rentable possible avec des TGV grande capacité reliant en priorité Paris à la métropole bordelaise et desservant les plus grandes agglomérations du parcours. La SNCF ajoute que toute desserte obligeant à sortir de la LGV fait perdre beaucoup de minutes et dégrade la performance des trajets longues distances.

Dans ce contexte il n’y a pas besoin d’être devin ou Cassandre pour s’interroger sur la desserte TGV de la gare de Châtellerault. Certes il restera en 2017 des TGV pour aller à Paris, mais combien, à quel prix ? Sera-t-il encore possible de relier directement Angoulême et Bordeaux ?

D’ores et déjà, les services en gare de Châtellerault sont amoindris, les guichets, depuis début décembre 2014, n’ouvrent qu’à huit heures alors qu’il y a 7 trains (TGV et TER) qui circulent avant cette heure. A cela s’ajoute que la SNCF a prévu de supprimer l’un des deux distributeurs automatiques de billets.

Châtellerault est-elle vouée à devenir une gare régionale uniquement desservie par des TER ? Tel est l’enjeu des années à venir. Il est indispensable que ces questions puissent être débattues, cartes sur table, avant les élections départementales, il en va de la démocratie, du respect des citoyens.

Communiqué de Jean-Louis Moreau, secrétaire de la section PCF du châtelleraudais

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.