Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Intervention de Jean Amand à l'inauguration de l'exposition sur la Résistance

2015 : 70 èmeanniversaire de la libération des camps de concentration et de la capitulation de l'Allemagne

Extraits de l'allocution de Jean Amand, Président de la FNDIRP de la Vienne au vernissage de l'exposition sur la Résistance dans la Vienne 1940-1945, le 18 mai à l'Hôtel de ville de Poitiers

 

Photographies de René Amand (et Denise) , résistant poitevin mort à Auschwitz et de France Bloch-Sérazin, résistante d'origine poitevine, décapitée à Hambourg en 1943 

[...]Cette exposition a été conçue et réalisée par l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de la Vienne et les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation avec le concours de plusieurs partenaires, comme Vienne Résistance Internement Déportation.

La FNDIRP, (Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes) est née en octobre 1945, sous l'impulsion de Marcel Paul et de Frédéric-Henri Manhès, ses présidents fondateurs, déportés à Buchenwald. Les départements, dont la Vienne ont rejoint la fédération en créant les associations départementales, cela 5 mois après la victoire sur l'Allemagne nazie et la libération des camps de concentration et d'extermination.

La FNDIRP depuis 1945 porte l'héritage de ces hommes et ces femmes qui ont, au cœur même des camps de concentration nazis, fait le serment de témoigner au nom de ceux qui ont été exterminés. Elle porte aussi l'héritage des internés dans les prisons de la France occupée, elle plonge donc ses racines dans l'évocation des crimes sans précédent du régime nazi.

Des serments, faits sur les lieux mêmes de leurs souffrances, ont lié les survivants des camps de concentration : témoigner au nom des morts, pour veiller sur un avenir meilleur pour l'homme et sur sa dignité.

Cette exposition, comme vous avez pu le voir est constituée de 24 panneaux présentant des photographies, documents d'archives et témoignages sur la répression qui s'est abattue sur celles et ceux qui ont résisté contre l'occupant et le régime de Vichy de 1940 à 1945 dans notre département. Elle retrace le parcours de résistants dans la Vienne durant cette période. Elle conclut sur l'espoir né en 1945 avec l'application du programme du Conseil National de la Résistance, qui prévoyait la protection sociale, le droit à la retraite, le travail pour tous, la solidarité, la répartition de la croissance, le droit au logement, la démocratie et la laïcité., valeurs remises en cause depuis plusieurs années par la politique des gouvernements successifs dans notre pays. [...]

Permettez-moi de conclure, en réponse à ce qu'a osé proférer Monsieur Le Pen : « Les chambres à gaz  sont un détail de l'histoire ». Non monsieur Le Pen, les chambres à gaz ne sont pas un détail de l'histoire de la seconde guerre mondiale, mais l'application d'une politique criminelle sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Il ne faudrait pas oublier les conséquences politiques de la crise des années 1930 dans le monde et en Allemagne, au risque de voir se reproduire les mêmes crimes contre l'humanité, en Europe, ici ou ailleurs, les mêmes causes produisant souvent les mêmes effets. [...]»

 

 

 

 

 

 

L' exposition La mémoire des résistants de la Vienne, fusillés, internés, déportés est à voir  au Salon d'honneur de la Mairie de Poitiers jusqu'au 29 mai

Sur ce site vous trouverez de nombreux articles sur la Résistance dans la Vienne

Mots clés : France Bloch Sérazin, Josiane Amand Chapron, René Amand, La Manufacture de Châtellerault, Raymond Jamain ...