Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Intercommunalité : intervention des élus communistes de Poitiers

Intervention de Patrick Coronas devant le conseil municipal de Poitiers au nom du groupe communiste

Le 7 décembre 2015

Pour pouvoir émettre un avis circonstancié, il faut analyser ce projet sous plusieurs angles :

  1. L’intérêt pour les habitants de Grand Poitiers et pour les habitants des autres communautés de communes
  2. La cohérence du territoire proposé
  3. Les avis des autres collectivités
  4. La méthode proposée et la gouvernance

Il est clair qu’il est dans l’intérêt des habitants du bassin de vie de Grand Poitiers de se réunir au sein d’une même collectivité. Nos collectivités et en particulier les communes de Grand Poitiers connaissent un renouvellement rapide et important de leur population en grande partie lié à la présence de l’Université. Ces nouveaux habitants dont beaucoup sont de passages recherchent un cadre de vie de qualité mais comme de plus en plus d’habitants se préoccupent peu des limites administratives. En s’installant à Saint Benoît, à Chasseneuil, à Saint Cyr, à Saint Julien L’Ars, on s’installe à Poitiers.

C’est à Grand Poitiers que l’on a son emploi (50 % des emplois de la Vienne), c’est à Poitiers que l’on a la plupart des éléments d’attractivité (TAP, Conservatoire à rayonnement régional, Confort moderne, sites universitaires, logements sociaux, crèches,…) Il y a donc de plus en plus une dysjonction entre les lieux de vie, les lieux de travail, les lieux de détente, les lieux d’attractivité et les limites administratives.

Ce qu’attendent les habitants de nos collectivités, c’est d’avoir accès à des services que nous souhaitons publics, les plus efficaces et au meilleur coût. De nouveaux périmètres d’EPCI peuvent répondre à ces questions mais probablement cela ne suffira pas.

Sur une problématique particulière comme le traitement des déchets, Grand Poitiers montre ce que peut apporter ce nouvel EPCI, les coûts sur Grand Poitiers étant deux fois moins importants.

Il peut donc sembler pertinent tant pour les habitants de Poitiers que pour les habitants des autres EPCI de se regrouper afin de permettre à tous les habitants d’accéder à des services partout sur le territoire.

Passons à la question de la cohérence du territoire proposé. Pour des raisons techniques de création trop récente, l’extension vers le sud n’est pas possible, raison technique qui n’est pas raison. L’élargissement vers l’est et l’ouest est très large.

D’un point de vue Poitiers et Grand Poitiers, il aurait été préférable d’avoir un périmètre correspondant simplement à la seconde couronne autour de Poitiers. Le problème de ce type d’extension autour des villes principales, c’est qu’elle aboutit à la création de territoires périphériques isolés. Ce n’est pas non plus l’intérêt collectif d’amplifier ces phénomènes d’isolements périphériques de territoires qui seraient à proprement parlé abandonnés de tous et de tout.

Les avis des autres collectivités : Ces avis sont également importants. Si des collectivités veulent participer au futur Grand Poitiers, quelles raisons pour nous de les rejeter par principe.

La méthode : Nous sommes dans le cadre de la loi Notre que les parlementaires communistes ont rejetée. La question essentielle reste celle de la démocratie locale et de la gouvernance. Le risque principal est que l’agrandissement imposé par le haut (tant pour les régions que pour les EPCI) éloigne les habitants des lieux de décisions. Ne votant pas directement pour les élus qui vont décider pour de plus en plus de compétences au niveau des EPCI, le lien démocratique va se distendre.

Il faudra un jour qu’une décision claire soit prise sur le nombre d’échelons administratifs et sur l’organisation des collectivités territoriales. La gouvernance du nouvel EPCI sera un point d’attention permanent. Il faudra réussir à la fois une mise en commun des moyens et une décentralisation locale des actions pour qu’aucun territoire ne se sente oublié tout en donnant à l’ensemble les moyens de mieux faire pour l’ensemble de nos habitants.

Nous sommes donc d’un côté persuadés de l’intérêt pour les habitants d’être dans une agglomération solidaire de taille et de périmètre cohérents et inquiets par la méthode proposée pour cette extension (imposée par le haut) ainsi que pour la future gouvernance. C’est pourquoi nous nous abstiendrons.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.