Fédération de la Vienne

Fédération de la Vienne
Accueil
 
 
 
 

Défense du barrage de Châtellerault

Ce mardi 28 février plus de 70 manifestants se sont réunis pour la défense du barrage de Châtellerault, convergence d’action avec les syndicats de Poitou-Charentes actifs et inactifs, les Hydro de l’UP Centre,  l’UL de Châtellerault et l’UD 86.

Pour dire NON à la privatisation des concessions hydrauliques, et demander des explications au Maire de Châtellerault sur les différentes « rumeurs «  qui circulent sur la pérennité du barrage, et sur la volonté d’EDF de ne plus vouloir la gestion de ce barrage.

Pendant qu’une délégation était reçue à la Mairie les manifestants se sont déployés dans le centre ville pour tracter auprès des usagers.

Les représentants de la mairie n’ont aucune information sur le changement de gestionnaire du barrage, déjà interpellé en conseil communautaire en janvier, ils en sont toujours à « devoir » solliciter EDF !!

Sur le devenir du barrage, ils confirment que lors d’une visite ministérielle à Chatellerault, une rencontre a eu lieu avec les acteurs associatifs, que parmi eux les associations de protections environnementales ont demandés l’arasement du barrage pour rétablir le « fil de l’eau », que côté ministériel il n’y a eu aucune objection !!

Les élus locaux ont affirmé leur volonté de conserver le barrage, sans dire qui l’exploiterait.

 

 

Nous leurs avons rappelé leur rôle dans le maintien de l’activité sur leur périmètre ( Barrage, Distribution..), qu’ils portaient la responsabilité des mises en concurrence des territoires qui conduisent à des concentrations urbaines et des déserts ruraux ;  concernant l’énergie la décentralisation conduit à ne plus avoir une égalité de traitement des usagers, met en péril la péréquation tarifaire et le tarif régulé.

 

 

Lors de la prise de parole, nous avons réaffirmé l’urgence d’un service public de l’énergie au service des collectivités et des usagers, et de la nécessaire  reconnaissance de ceux qui le portent au quotidien, l’argent existe !

 

NOUS CONTINUONS DE DENONCER

Suppression entre 3000 et 5 000 emplois pour EDF et 15 000 à ENGIE

Fermeture des boutiques dans le commerce

Fermeture de Fessenheim

Fermeture des centres et plateaux clientèle pour ENGIE

Ouverture à la concurrence dans l’hydraulique

Ouverture du capital du RTE

Sans oublier :

0 % d’augmentation de salaire

La fiscalisation des indemnités de déplacement

La baisse des reconnaissances professionnelles de la formation.

La volonté de réduire les droits familiaux.

La réduction globale de 20 % sur l’ensemble de nos activités sociales et de santé en termes de moyens financiers et humains

Des Projets industriels suicidaires qui notamment ne prévoient pas les moyens d’investir dans l’avenir pour répondre à l’enjeu de la transition énergétique et les menaces qui pèsent sur le climat

 

C’est bien la mort d’une partie du service public et un plan social qui est annoncé !

 

La FNME CGT appelle à l’élargissement pour amplifier le mouvement et se faire entendre des directions, des pouvoirs publics pour les salariés, les retraités et les usagers… en ligne de mire la journée de mobilisation intersyndicale du 7 Mars.

 

 Pierre BARAUDON  qui avait alerté publiquement lors d'une séance du Conseil Communautaire de début d'année, était là  et  a pris la parole pour  amener le soutien des élus Communistes et Républicains (très apprécié).